Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui vous est né un Sauveur

Évangile selon saint Luc, chapitre 2, versets 10 et 11.

Douce nuit, sainte nuit, chantons-nous…
Pourtant, c’est une rude nuit pour Marie et Joseph qui ne trouvent pas de place à l’hôtellerie et se retrouvent dans une étable. Tout le monde ne l’attend pas, le Sauveur ! Certains ne veulent surtout pas lui laisser la place ! Les uns, en démagogues, craignent pour leur pouvoir, les autres, moins malfaisants, craignent d’être dérangés dans leurs habitudes et leurs petits arrangements.
Mais les anges surgissent là, nimbés de lumière. Ils annoncent une grande joie pour tout le peuple. Grande joie pour ceux qui espèrent le salut, pas comme on espère l’issue d’un tour de magie, mais comme on espère une rencontre qui donne du courage et du sens. Quelle rencontre ! Dieu se fait petit enfant, et c’est un grand mystère, accessible aux petits. Dieu le Très-Haut se fait tout petit, vulnérable et faible, la Sagesse éternelle se fait petit enfant sans parole. Impuissant et désarmé, et pourtant désarmant, de ce regard qui ne juge pas et qui fait confiance, qui attend tellement de ceux qui l’approchent.

C’est un curieux renversement quand Dieu se fait tout proche : c’est Lui qui compte sur nous. Et c’est sans doute vrai encore aujourd’hui.
La Croix ne change pas ce regard, elle l’accomplit. Dieu s’expose et se livre, Il se propose à notre amour. Si la Croix te fait peur, approche-toi du berceau de la crèche et en toute simplicité devant le tout-petit, comprends qu’Il veut te donner sa lumière dans ta nuit et sa douceur dans ta détresse ; comprends qu’Il veut susciter le meilleur de toi-même, réveiller l’élan de ta vie spirituelle, te donner la paix du cœur.
La nuit demeure, le monde est toujours hostile et violent, mais l’astre luit : aux hommes de bonne volonté, la paix est donnée, le sens est donné, la persévérance est donnée.
Petit frère blotti dans la crèche, ouvre mon cœur à la paix et donne-moi la grâce de Noël, réconcilie-moi avec le Père, avec mes frères, avec moi-même.

Méditation enregistrée à RCF Clermont Ferrand.
Un enfant nous est né