C’est pourquoi je tombe à genoux devant le Père, de qui toute paternité au ciel et sur la terre tient son nom.

 Lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens,  chapitre 3, verset 14

En Afrique, un couple marié qui ne peut avoir d’enfant vit un double drame. Celui de l’absence, bien sûr. Pas d’enfant à bercer, à cajoler, à voir grandir, à éduquer, pas de signe vivant de l’amour donné et reçu. Mais en plus, il y a le regard des proches et des voisins…

C’est pourquoi chaque naissance est accueillie comme un immense don. 

La naissance d’un enfant est toujours la réalisation des promesses de vie. Sans l’enfant, la vie s’arrête, mais avec la naissance, c’est la vie qui continue. C’est le clan qui s’agrandit, la famille qui transmet, le père et la mère qui lèguent à l’avenir… La vie qui prolonge la longue chaîne humaine.

Avec Jésus, c’est la même chose, mais sa naissance n’est pas seulement la promesse d’une fécondité biologique, c’est aussi celle d’une fécondité spirituelle pour toute l’humanité. « Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde pour que, par lui, le monde soit sauvé. »*

En envoyant son Fils dans le monde, le Père veut sauver tous ses enfants, les sauver de la mort et partager avec eux sa vie éternelle. « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. »**

La paternité de Dieu n’est donc pas exclusive ; elle ne se cantonne pas à une famille, un clan, une tribu, un continent. Elle est ouverture et accueil de tous les hommes. Elle rattache tous les peuples à une même et unique paternité.

Connaître le Père, à travers le Fils, et le reconnaître comme Dieu et Père de tous les hommes : voilà la mission de Jésus.

Jésus vient non seulement combler l’espérance d’Israël, mais aussi libérer tous les hommes de la peur, de l’incompréhension mutuelle, de l’éloignement de Dieu. Sa naissance offre un nouveau départ pour toute l’humanité, une nouvelle création, avec de nouveaux liens entre les hommes. Des liens de vie, d’amitié et de fraternité.


*Évangile selon saint Jean ch. 3, v. 17.
** Évangile selon saint Jean ch. 17, v. 3.

Cette méditation vous éclaire ?

Partagez cette méditation avec vos proches

Asset 1 Partager

Autres méditations

Découvrez la Parole de Dieu proche de vous, grâce à un frère ou une sœur dominicains

Voir toutes les méditations

À vous la parole

42 commentaires

Rédiger un commentaire

« Merci Frère Grégoire de votre réponse à mon dernier commentaire. Vous m'avez renvoyée vers la Sagesse jouant devant Dieu. Mes recherches sur le sujet m'ont permis de combler une grosse lacune e... »

Lire la suite

Marie-Claude - 17 décembre 2021 - 17:21

« Merci de m'avoir fait méditer cette semaine simplementavec enthousiasme : la joie d'une naissance... Paternité de Dieu... Maternité de Marie... comment faire comprendre à notre entourage, même d'... »

Lire la suite

claudemarie - 16 décembre 2021 - 22:33

« Frère Grégoire,
Vos réflexions de cette semaine sont si empreintes d'humanité et d'espérance qu'elles suscitent, chez les participants, des interventions ouvertes sur la beauté de ce temps d'att... »

Lire la suite

trifluvien - 16 décembre 2021 - 20:45

« Merci Frere Grégoire. Oui tant De chagrin a Cette epoque. Pour certain enceinte tard Dan's la vie. Au lieu De crier De Joie, le cache. Je be comprends pas. C,EST complique. La Joie EST Tellement sim... »

Lire la suite

Myriam - 16 décembre 2021 - 18:09

« Merci frère Grégoire ,
C'est un drame , quand i n'y a pas d'enfant à bercer .
Je me souviens du regard des proches et des voisins , il n'y a pas qu'en Afrique , la vie continue , avec une blessure... »

Lire la suite

anonyme - 16 décembre 2021 - 17:58

« Je ne sais comment vous remercier pour toutes ces méditations reçues en plein coeur. Je n'avais jamais compris à ce point la Paternité de Dieu, et combien le Christ vraiment Dieu et vraiment Homme... »

Lire la suite

Marie-France - 16 décembre 2021 - 17:50

Cette retraite est possible grâce à vos dons. Merci pour votre générosité !

-0:00