Soyez sans crainte, je vous annonce une grande joie qui sera pour tous les peuples, aujourd’hui vous est né un Sauveur.

Évangile selon saint Luc chapitre 2, verset 11

Une joie d’amour et de tendresse, une joie si petite et si grande à la fois : ce que notre cœur n’a encore jamais connu : un nouveau-né de quelques heures, de quelques minutes et le ciel s’ouvre, les anges chantent et jouent des instruments, Dieu parmi nous, on ne sait plus où donner de la tête et du cœur !
Alors, comme saint François : prends l’enfant de ta crèche, là, au creux de tes bras pour lui faire un berceau et danse de joie, car, crois-moi, Il aime ça, le petit ! Danse sans respect humain, Il est ton Dieu Sauveur, Il est heureux de ta joie, tu es heureux de sa joie, la voilà la Grande Joie, dans cet échange admirable !
Danse avec l’enfant dans tes bras, les bergers l’ont fait avant toi quand Marie, comme toute maman de nouveau-né le met, éclatante d’un fier bonheur, au creux des bras de l’entourage.

Pour le prendre, dépose tout ce dont tes bras et ton cœur sont chargés et lance-toi, accueille-le, danse !
« Je vous annonce une grande joie » : l’ALLÉLUIA de Noël traverse notre vie, toutes ses vicissitudes, ses ténèbres, il traverse le temps, les siècles successifs, il est là, toujours neuf, il jaillit dans la nuit de Noël et nous attend au matin de Pâque : l’enfant qui nous est né, a vécu, est mort, il est ressuscité et nous avec lui.
Il est Emmanuel, Dieu avec nous. Danse ta joie avec l’enfant dans tes bras !

Raphaël, Vierge à l'Enfant
Prends l’enfant dans tes bras et danse !