La Sagesse a trouvé sa joie au milieu des hommes

Livre des Proverbes chapitre 8, verset 31

Si l’on veut comprendre Dieu, il faut savoir qu’il est heureux de vivre avec nous. Dieu éprouve une joie excessive à être notre compagnon. Si Dieu est devenu un homme à Noël, c’est parce qu’il voulait éprouver cette joie de la vie incarnée. Il était impatient de partager nos humbles joies : se faire câliner par sa mère, un jour marcher sur les routes avec ses apôtres, guérir les malades, réconforter les malheureux, prier son Père sur les collines pleines de romarin et de petits lapins…
De même, s’il y a tant de joie à Noël, c’est parce qu’elle rayonne de l’enfant-Dieu lui-même. Par sa naissance, il apporte la joie et la paix au monde. Dieu a toujours voulu partager aux hommes un reflet de sa gloire et durant le temps de l’avent, la joie gonfle, parce qu’on sait que Dieu va manifester son plaisir de vivre en notre compagnie.

Jésus enfant s’émerveille de la tendresse de Marie, de l’attention rugueuse de Joseph, de la gentillesse des bergers. Allons ! Les hommes sont parfois méchants, ils n’ont pas voulu faire de place à l’auberge pour cette femme enceinte. Mais il y a aussi la bonté active des simples, des humbles, des bergers qui vont chercher du foin pour la crèche, des voisines qui accourent avec du linge pour nettoyer l’enfant et l’emmailloter, comme feront d’autres femmes après la crucifixion et la mort, des voisins qui apportent du pain, des confitures et des couvertures. Dieu aime la joie simple des hommes qui s’émerveillent, et cette capacité d’émerveillement vient de lui, dans un échange qui est une communion.

Tableau de la Vierge à l'enfant de Sandro Boticelli
Joie du Christ